*    *        

*GENERAL.*

         *

 

 

 

     

 

 

                

 

  LETTRE OUVERTE AUX PRESIDENTIABLES.

 

Mes très chers amis

Puisque aujourd’hui

Nous sommes tous réunis

Si on parlait de notre pays,

 

De nos dirigeants et dirigés,

De nos gouvernants et gouvernés,

Des nantis et du peuple des souffrants

Et de toutes les couches de la population

 

De toute la France et de Navarre,

Dans notre pays connaissez-vous une personne

Qui n’en a pas vraiment marre

Si vous en connaissez ce n’est pas en Hexagone,

 

La Corse et les Dom Tom c’est encore pire

Partout les hommes ne cessent de gémir

Alors si on décidait tous à l’unanimité

De faire une lettre ouverte aux autorités

 

Oui, surtout en ce moment aux présidentiables

Oui, une très longue lettre sous forme de fable

Non pas avec des grandes phrases et des mots  

Oui, que ne comprendraient pas nos marmots

 

Mais une longue lettre simple, franche, directe

Comme si nous faisions l’édito de nos journaux,

N’oubliez pas bientôt des mûres et des pas vertes

On nous saoulera dans les meetings et à la radio

 

On y aura droit tous les jours

Jusqu’à mai 2012 jour après jour,

Oui, on nous fera de beaux discours

Pour nous appâter comme toujours.

 

Dans notre longue lettre ouverte

On leur parlera de notre pauvre situation,

Profitons  de cette occasion qui nous est offerte

Pour leur parler de nos légitimes revendications

 

En passant en revue tous les corps de métier,

Vous savez avec tous les mécontents de notre pays

Il y aura beaucoup de dossiers chauds à traiter ;

A leurs réponses on détectera tous les faux messies.

 

 

 

Notre lettre ouverte s’adressera à tous les candidats

Qu’ils soient hommes ou femmes de la majorité

Ou de l’opposition, qu’ils viennent ou pas de l’ENA

Ou qu’ils soient des perturbateurs notoires et avérés.

 

En France tout le monde s’interroge,

Les riches ont peur pour leur butin

Les  préfets et les notables qu’on limogent

Et tous les pauvres qui n’ont pas de gratin

 

Voilà comment mes amis on va procéder,

A tous les candidats on leur présentera une situation

Et on leur demandera comment ils vont procéder

Pour solutionner tous ces dossiers si importants ;

 

On leur parlera de tout sans exception,

De la politique intérieure et extérieure,

De nos entreprises et des délocalisations,

Du pouvoir d’achat, de tous nos chômeurs,

 

De l’avenir de notre pays et de la population,

De l’insécurité, des seniors au boulot

Et de la jeunesse sacrifiée et des ados végétant

Et de tous ceux qui n’ont pas un euro,

 

De tous nos soldats décorés à titre posthume,

De la menace terroriste dans notre si beau pays

Surtout qu’ils changent de nègre et de plume

Qu’on a vraiment marre qu’on se moque des petits.

 

On leur demandera à ces talentueux messies

Qu’on ne veut plus leur dire c’est du déjà entendu,

En quoi ils nous ont vraiment entendus et compris,

S’ils ont un bon plan pour les sans abris et les exclus,

 

De nous donner une seule et bonne raison

De voter pour eux pour qu’on fasse le vote utile

Et s’ils programment qu’on peut vivre sans argent

Si oui, c’est dans quel chapitre de leur évangile.

 

Les sujets sont très vastes, mes amis,

Ce sont tous les dossiers chauds au quotidien

Qu’ils auront à traiter avec minutie

Pour relever la France et la vie de tous les citoyens.

 

On leur demandera de nous parler de leur programme

Et des choses concrètes, valables, réalisables,

Et des changements pour chaque homme et femme

Et que comptent ils nous radier du statut de misérable.

 

On n’oubliera pas la justice et ses erreurs judiciaires,

Des récidivistes pédophiles, des grèves et droits de retrait,

Des stupéfiants, de la drogue qui circulent sur nos frontières,

De l’i. v. g. des adoptions et de Edwige et de tout ce qu’il sait.

 

Il ne faudra pas oublier tous les sans papiers,

Tous les indésirables, les immigrés, les clandestins,

De la France arc-en ciel ethnie colore, colonisée

De l’esclavage moderne des mineurs au gratin.

 

Croyez-vous qu’ils seront à l’aise pour nous répondre,

Bien sûr que non avec tout ce qu’on attend d’eux,

Tous viennent avec la ferme intention de nous tondre

Puisque pour eux on n’est pas à leur goût assez malheureux.

 

On leur présentera une fausse maghrébine,

Un xénophobe, un  s. d. f. un sans papier,

Les paysans avec le prix de leur viande bovine

Et on pourrait aussi débattre sur la laïcité.

 

Pour commencer on va tous leur présenter

Le premier sujet : notre avenir et celle de la France

En leur demandant si on n’a pas le droit de s’inquiéter

Car nous sommes tous un peuple en souffrance.

 

Mais rassurez-vous mes chers amis

Il y a tellement de sujets à traiter

Par exemple la laïcité et la xénophobie,

La burqa, la kippa, le bandana, les mosquées,

 

De tous les signes ostentatoires religieux,

De la provocation et des polémiques

Sur les minarets et les combats houleux

Des parlementaires de la 5° République,

 

Il faut qu’ils nous disent très franchement

S’ils sont des partisans de la procrastination,

Pourquoi ils sont sourds à nos revendications

Et si ce n’est pas du vent quels sont leurs engagements,

 

Il faut qu’ils sachent que ça va mal pour nous,

Qu’ils comprennent que l’argent vraiment

Que l’argent c’est beaucoup trop cher pour nous

Et qu’on n’en peu plus avec tous les prélèvements,

 

De nous dire s’il est vraiment trop tôt

Pour s’occuper des crèves la faim

Et qu’ils sachent que pour nous trop c’est trop

Car nous n’avons vraiment plus rien.

 

Pourquoi nous sommes de plus en plus pauvres,

Et face aux français qu’ont-ils à nous proposer,

S’ils ne voient pas qu’on devient tous chauves

En nous grattant notre crâne toute la sainte journée.

 

On leur demandera s’ils nous ont bien compris,

S’ils veulent vraiment changer en bien notre vie,

Pourquoi, pourquoi ils protègent toujours les nantis,

Est-ce que les petits et les démunis ne votent pas aussi ?

 

Qu’ils nous rassurent, s’ils sont sensibles et conscients

De notre état de grande pauvreté, de notre proximité,

Eux qui ont tous les privilèges au gouvernement

S’ils arrivent à penser à tous ceux qui n’ont pas à manger,

 

On leur demandera qu’est ce qu’ils ont dans leur programme

Pour nous protéger des casseurs, des voyous,

De l’insécurité, de la psychose de tant d’hommes et de femmes

Des brûleurs de bus et de tous ces jeunes fous ;

 

Bien sûr ça urge la lutte contre les cyber criminels,

Et tous les escrocs et arnaqueurs de la vente en ligne,

Et qu’on contrôle mieux les sites de rencontres et du bordel

Qui piègent nos ados qui n’écoutent pas les consignes.

 

Vous voyez bien citoyens votants, mes amis

Que tous ces messies de la politique de notre devenir

Auront beaucoup à nous dire s’ils acceptent oui,

De répondre à notre lettre, commençons par notre avenir !

 

Qu’ils soient des orateurs prolixes, éloquents ou diserts

Tout ce qu’on veut c’est qu’ils comprennent

Qu’on ne va pas les élire pour nous enliser dans la misère

Non, si c’est ce la leur programme ce n’est pas la peine.

 

Car il faut qu’ils enlèvent dans leurs pensées

Qu’ils vont drainer toute notre misère

Avec l’eau de la grande sécheresse d’austérité

Qui fait croître la ghettoïsation de la cité Galère.

 

Car nous avons tous assez du chaos social

Tous les parangons du vrai changement

Nous ont tous eu et maintenant on a mal

Oui,y en a marre avec leur nano engagements.

 

On leur fera connaître le cri de la jeunesse,

Tous de plus en plus diplômés mais chômeurs

Et désorientés dans un grand tourbillon de stress

Et de leur avenir tous ils en ont vraiment peur.

 

Il faut qu’ils sachent qu’on n’est pas des couillons,

Qu’on a vraiment ralbol des discours lénifiants,

Qu’on attend au deuxième tour un vrai président

Qui n’augmente pas son salaire en oubliant la population.

 

Tous on attend d’eux un peu plus d’humanisme

Et de l’instantanéité de l’exigence

Car on est tous atteint du syndrome du pessimisme

Car que font pour nous les élus en France ?

 

On va leur dire qu’on nous ne voulons pas un président

Totalement déconnecté de la réalité

Mais que nulle part dans toutes nos 22 grandes régions

On ne pourra plus supporter le régime d’austérité.

 

Oui, notre pays est au bord de l’asphyxie,

Nous subissons tous le coût du désert  politique,

Nous n’avons pas de travail et tous on s’appauvrit

Alors avec des emplois fictifs d’autres font du fric.

 

On va leur demander s’ils ont une part d’émotion

Et une vraie sensibilité face à toutes nos difficultés,

Il faut surtout qu’ils nous disent très franchement

S’ils ont pour nous un uniquement un statut de proximité.

 

Par exemple : invitez-moi à Jivais je viendrai,

Oui, je serai encore plus près de votre chemise,

Je serai le plus grand président de la proximité

Je serai surtout avec vous au moment de la crise.

 

A nous tous votants, hommes et femmes

Et à toute notre brave jeunesse sacrifiée

Il faut qu’ils nous disent à quoi sert un programme

Puisque évidemment il n’est jamais appliqué.

 

Chez-nous ce n’est pas Lampedusa, non, non

On a tous vraiment peur de l’instrumentation

D’une peur de l’immigration, d’une invasion

Beaucoup trop embarrassante pour la population.

 

Il faut qu’on s’intéresse de la myopie du gouvernement,

Qu’ils nous disent plus seniors,jeunes gens tout va très bien,

Ne vous inquiétez pas, dormez bien tranquillement

Car c’en est assez une telle blagotte ce ne sera pas si malin.

 

Il faudra qu’ils s’expliquent sur le malthusianisme économique

Qui frappe notre pays et du chômage structurel,

Que comptent-ils faire pour nous sortir de notre état chimérique,

Et quand est sur les salaires on va avoir un dégel.

 

Le salaire des ouvriers est sous perfusion permanente,

L’avenir de la France est en déclin de jour en jour,

On en a marre qu’on nous serre d’une façon fracassante

La ceinture qui nous fait tous très  mal la nuit, le jour.

 

Mes chers amis les élus doivent des comptes aux français,

Leurs promesses sont comme les fleurs du nénuphar géant

Qui fleurit le matin et meurt tout juste le matin suivant

Oui, depuis des décennies aucun d’eux n’ont fait un progrès.

 

En France on est loin d’une égalité parité,

Des inégalités des femmes dans notre société,

Nous voulons une république qui nous réponde

Oui,  ce sera la même règle pour tout le monde.

 

On nous endort trop souvent avec des discours ampoulés,

Depuis près de dix sept ans on nous serine qu’on va avoir

Du travail, un toit, des économies et placements sur nos livrets,

Mais tout cela vous et moi quand on va vraiment les avoir ?

 

A chaque fois on cherche à abroger une loi presse citron

Qui n’arrange jamais les plus petits, les démunis,

Le peuple en a marre des discours amphigouris, c’est vrai ;

Ce que nous voulons ce sont de vrais et réels changements.

 

Les politiciens utilisent des nègres pour nous épater

Avec des propos très dithyrambiques

Et oublient que pour le peuple lassé de les écouter

Leurs conneries n’emballent plus le public.

 

C’est pourquoi qu’il n’est pas rare de les voir

Prendre une sacrée déculottée dans les élections

De toutes sortes, les votants même les plus ignares

Il y a longtemps ont compris toutes leurs machinations.

 

La retraite c’est un thème rebattu qui divise tout le monde,

Les cheminots, les fonctionnaires, les agents du privé

Et les messies ne cessent de récapituler et même grondent

Dans l’hémicycle sans vraiment tous nous contenter

 

Le prochain gouvernement devrait éviter à tout prix

Tous ces grands rassemblements sur front de grogne

Car ce dossier chaud  n’est pas mis au rebut de la patrie

Et on risque de nous raconter n’importe quoi sans vergogne.

 

Les candidats devraient se demander  si on se pose la question,

Si la France va bien ou se porte bien et surtout les citoyens,

Au chevet de la France qui va si mal depuis très longtemps

A l’hôpital Saint Sauveur y trouvera t-elle un bon médecin ?

 

La France souffre tellement dans son anatomie

En surface cutanée et même  en profondeur

Qu’on aura bien du mal à arrêter son hémorragie

Et tout cela nous fait à nous tous vraiment peur.

 

Il faudra que la France ait des couleurs plus vives

Espérons que les grandes oreilles sont à l’écoute

Et qu’elles consulteront les assises des décisions positives

Qui feront vite avancer les choses pour nous tous et toutes.

 

Il faut qu’ils comprennent que les votes ne rassemblent plus

Il va y avoir de plus en plus que des votes sanctions,

Très  franchement personne n’a plus rien à perdre non plus

Et de toutes façons les élus n’entendent pas nos revendications.

 

Quel candidat pourra nous sortir de notre longue nuit

Eux qui chaque soir essaient de nous faire flirter avec Morphée,

On en a tous assez, personne n’est dupe aujourd’hui

On ne veut plus entendre des rêves qu’on ne  peut pas réaliser.

 

Nous voulons un grand président unique

Et exemplaire pour la 5° République

Qui ne pense pas à se remplir les poches

Et celles des nantis et de tous ses proches.   

 

Mais un président qui abroge toutes les lois inutiles

Qui ne déshabille pas Pierre pour rhabiller Paul

Car il nous entendra en ces périodes si difficiles

Et on lui fera assez souvent entendre notre ras le bol.

 

On ne veut plus une politique à deux vitesses

Mais un président très juste et social dans ses réformes

Qui sache prendre en main notre peuple,notre jeunesse

Et qui rééquilibre la disparité de tant de femmes et d’hommes.

 

Nous voulons un président pour calmer les ennemis héréditaires

Des clans des quartiers des cités et enterrer leurs haches de guerre ?

Qu’ils soient votants ou abstentionnistes, jeunes, adultes ou vieux

Nous tous en France nous voulons bien  vivre et nous sentir heureux. 

 

On aimerait qu’ils mettent en tête de leur programme

La laïcité, le travail, le logement, la jeunesse, la femme,

On ne veut pas être des citoyens à part entières

Mais des hommes et des femmes plus rongés par la misère.

 

La sécurité sociale ce n’est pas un trou mais un abysse

Et c’est toujours les taxes, prélèvements sur le salaire

Des malheureux qui doivent combler le trou de la crise

Tout cela ce n’est pas normal et pour nous ce n’est pas clair.

 

Pourront- ils nous dire si les meurt- de- faim qui ont touché

Les bas fonds du gouffre de la société s’en remettront un jour

Demain soignera t-on mieux la mouscaille de notre pauvre société

On aimerait tous bien savoir quand sonnera le compte à rebours.

 

On aimerait bien savoir comment ils vont traiter

Tous ceux qu’on vilipendent et dénoncent comme vils

Et qui ternissent jour et nuit au fil des années

La réputation de nos grandes  banlieues, cités et villes.

 

Dans notre pays beaucoup adorent les films

Qui ont surtout beaucoup d’hémoglobine

Car ils cherchent à être le principal héro ou acteur

Des cités sanguinaires et rien ne le font pas peur

 

Pour faire leurs bêtises de toutes sortes

Il faut qu’on sache s’ils vont maintenir la prison plancher

Pour ces petits malfrats qui cassent nos portes

Et vont blesser et dérober les braves gens âgés de la cité.

 

Maintenant tous les français attendent un président

Qui sache à tout moment défier l’impossible

Pour porter de jour en jour le pays toujours en avant

Et pour qu’on sente notre vie beaucoup moins pénible.

 

 

Nous vous avons suivi pendant votre campagne,

Selon la bonne formule, cher candidat

On vous dit tout simplement « que le meilleur gagne »

Même si ce n’est pas notre vrai choix !

 

On vous supportera avec fierté ou on  subira

Courageusement au moins un long quinquennat ;

Aujourd’hui, nous n’en sommes pas encore là

La vox populi vous demande d’écouter sa voix.

 

Candidat et cher futur président

Nous voici réunis tous soudés devant vous

Virtuellement c’est tout un clan

De la population qui s’est donné rendez-vous

 

Oui, nous citoyens des 22 Régions de France,

De la Corse de îles lointaines et de Navarre

Des domiens une autre partie de la France

Vous avez devant vous un s.d.f. qui en a marre,

 

La veuve d’un bijoutier assassiné,

Le porte drapeau des agriculteurs et des cultivateurs,

L’association des victimes de nos cités,

Les membres de nos octogénaires qui ont peur

 

Merci de bien vouloir répondre à nos questions,

Voici le premier sujet et la première question,

Il s’agit de notre avenir bien évidemment,

On vous demande de nous répondre très franchement.